Il s’agit dans cette rubrique, de musiciens disparus. Si vous cherchez plutôt des groupes actuels, vous les trouverez en cliquant sur Groupes.

Musiciens traditionnels de Wallonie

Définir ce qu’est un musicien traditionnel reste une gageure. Ce souci est relativisé par le fait que nous n’avons souvent que peu d’infos sur les musiciens dont on a retrouvé des manuscrits ou des carnets.

Walter Lenders, ayant rédigé pour le Canard Folk de brèves notices concernant Jamin, Lieffrig et Peiffer, livrait le commentaire suivant en juin 2006 :

Quelques réflexions : dans le domaine qui nous préoccupe ici, il est toujours difficile d’être exhaustif et complet. Certaines questions, souvent pratiques, sont assez rapidement résolues par la recherche de documents, mais beaucoup d’autres interrogations vous viennent rapidement à l’esprit. A quelle tranche de la population étaient destinées ces danses ? Quel serait de nos jours l’instrumentarium idéal, capable de les faire revivre ? L’interprétation musicale pose souvent aux musiciens des cas de conscience. Je pense qu’une attitude prudente et humble en face de ces sources musicales reste la bonne manière d’aborder ce répertoire très riche. Mais la meilleure façon de les entreprendre n’est-elle pas de feuilleter les manuscrits, instrument en main, et de se laisser guider par un coup de cœur.

Le tableau ci-dessous liste donc quelques « musiciens traditionnels » de Wallonie. Si un hyperlien est disponible, cliquez sur le nom du musicien pour plus de détails.

Nom Dates Instrument Brève description
Bonjean Antoine (1) accordéon diatonique Mormont
Charneux Constant 1884 – 1975 violon, violon à buzette ouvrier agricole à Hemroulle
Chevalier Joseph 1889 – 1981 épinette, flageolet Boussu
Close Antoine (2) accordéon Harre
Crasson Henri 9/9/1903 – 12/4/1997 violon, flûte en corne Gueuzaine (Waimes)
Denant Eugène carnets en 1910 cuivres
Dodeigne Arthur (3) fin 19è – mi-20è ? accordéon diatonique Roche-à-Frène (commune de Heyd)
Fanon Célestine violon Heyd
Fanon Gédéon 1877 – 1956 violon Heyd; dernier utilisateur du manuscrit Houssa
Fanon Jean-François 1832 – 1892 violon fils de Léonard Fanon-Detry
Fanon-Detry Léonard violon contemporain de Houssa
Fanon-Havelange Léonard 1847 – 1915 violon fils de Léonard Fanon-Detry
Gheux Alphonse 1850 – 1935 cornemuse berger à St-Sauveur – Arc-Ainières
Gobert cuivres
Houssa Jean-Guillaume 1790 – 1862 violon Wy (Soy)
Houssa Nicolas violon ? frère de Jean-Guillaume
Huberty 20ème s. violon région de Coo ? Mentionné par Marc Malempré dans « Pour une poignée de danses », p.43
Husay Nicolas 1823- orgue Visé
Jamin François-Joseph 1802-après 1869 violon Meix-devant-Virton
Job (1) accordéon Deux Rys
Labasse Jules (4) octogénaire en 1974 accordéon jouait en 1939 avec les Hârkais de l’Amblève (Harre), filmés par le Musée de la Vie wallonne
Lambert Jean-Henry +ou- 1800 – ? violon Journal-Champlon (joue dès 1820)
Lieffrieg Louis 1894-1986 trompette Habay-la-Vieille
Melchior Elisabeth 1926 – 1999 accordéon diatonique
Michel Mathieu violon Champagne
Moiny J. début 20ème ? cuivres Marche-en-Famenne
Nozet jouait avant 1940 violon Gènes (Ardenne)
Peiffer Nicolas fin 19ème-début 20ème Aubange-Athus
Péterkenne Joseph 1889 – 1984 accordéon (et danseur) Stavelot
Pinon Ernest (5) mort vers 65 ans en 1924 flûte Houssois (Vezin)
Piron carnets en 1891 cuivres (chef de musique) Charneux
Pista Auguste-Célestin 1895 – 1962 flûte à 6 trous, tambour, tuba Mazée (Vroinval)
Schmitz Henri 1904 – 1977 violon Longchamps (Bastogne)
Vincent Louis 1897 – ? accordéon diatonique et hybride Deigne-Remouchamps
Les chiffres (1) à (5) ci-dessus se rapportent au même ouvrage :
Nos vieux joueurs de danse ardennais – Rétrospective d’une profession aujourd’hui disparue : « li mèstré »
par Rose Thisse-Derouette
extrait du « Guetteur wallon » 1960 n°3 Namur
(1)  Thisse p21 : petit fermier, probablement rencontré par le Réveil Ardennais (qui s’est formé en 1947)
(2) Thisse p.20 : il a joué l’ancien répertoire en 1950 en l’honneur d’un centenaire à Fays
(3) Thisse p.5 : « Pour le jour de la fête, on m’appelait avec Théophile … et mon accordéon !  Théophile, posté au milieu de la salle de bal, levait les cachets (relevait l’argent) avant que je n’attaque le bis : un sou pour les petites danses, deux sous pour le quadrille des Lanciers ». Il fait danser chez lui les vieilles danses. Photo avec l’accordéon sur les genoux, mais il ne joue pas.
(4) Thisse p.20 : de Chêne-al-Pierre; ami et élève d’Antoine Close
(5) Thisse p.22-23 : surnommé « le fou d’Hingeon »